Explosition est un événement culturel gratuit basé sur les arts plastiques et dédié à l’art sous toutes ses formes. Et toujours surprenant !

Il y a déjà eu 4 éditions : à Escource en 2007,à St Paul-en-Born en 2009, à Pontenx-les-Forges en 2011 et à Bias en 2013.
Il a pour but d’amener l’art en milieu rural, de soutenir et partager la création artistique locale, de dynamiser le tissu associatif local et la cohésion sociale, de tisser des liens intergénérationnels, et l’occasion de réfléchir à notre façon de consommer et de vivre ensemble.


 

  • Amener l’art en milieu rural : à travers dix jours d’immersion dans la création artistique à l’échelle d’un village. Il s’agit d’investir les places, les espaces publics, les points de vue, avec des installations artistiques, et les salles communales avec des expositions. Les commerces sont investis dans la mesure du possible et un parcours avec carte à l’appui est édité pour s’y retrouver.
  • La création artistique locale : Notre région regorge d’artistes de talent dont le travail n’est pas partagé localement. Explosition permet à un village de se transformer en véritable musée éphémère de la création contemporaine et de révèler la diversité et la qualité de ses formes d’expressions artistiques modernes :
  • les arts visuels (sculpture, peinture, installations, vidéos, land art….)
  • les arts scéniques (spectacles vivants, performances, théâtre, danse…)
  • les arts musicaux (jazz, rock, chanson française, chant lyrique, etc.)
  • l’art de vivre: art culinaire, bien-être, arts énergétiques, art du vivre-ensemble !
  • Dynamiser le tissu associatif local déjà très fort et en pleine expansion et la cohésion sociale car nous impliquons directement les villageois et les associations à créer et être acteur de l’événement. Entre villageois, acteurs de l’événement et visiteurs alentours de tous âges se crée une mixité sociale forte et un rapprochement à travers le partage d’un point commun insoupçonné : la création.
  • Tisser des liens intergénérationnels grâce aux expositions, aux résidences et aux ateliers, qui regroupent des publics très différents (temps avec scolaires, centres de loisirs, ehpads, foyers résidence…), et au partage qui s’articule autour des créations et des temps de fêtes tels que les repas et spectacles.
  • Ce festival est aussi une occasion de réfléchir à notre façon de consommer et de vivre ensemble à travers l’organisation d’un mode de vie responsable et durable. Nous portons une grande importance à la qualité et à la provenance de la nourriture proposée aux bénévoles, aux artistes et aux visiteurs. La gestion raisonnée des déchets, des toilettes, du gaspillage est une priorité.

 


Explosition pontenx les forges

Nom d’ouvre Quiterie Duvignac

«…. Mais il faut continuer à rêver, sinon notre âme meurt.»

Explosition pontenx les forges

En 2007, au cours du Fest’Art d’Onesse, trois plasticiens engendrèrent un objet fantasmagorique, sculpture hybride mélangeant bois, métal et trouvailles où ce qui était rebut abandonné se vit transfiguré dans une forme issue des esprits et des mains de Julien Righi, François Papot et Baptiste Lahet.
Comme dans les traditions indiennes, elle fut soumise à un premier voyage initiatique jusqu’à Escource, la même année. C’est là qu’elle reçut son nom de«Machine à rêver».

Il en fallait bien une en ce lieu qu’investissait le fantasque et l’imaginaire, la peinture, la musique, les fêtes et l’invention, l’art pour tous et sous toutes ses formes, que fut la grande première d’«Explosition»! Et depuis, tous
les deux ans, la Machine à rêver se déplace avec ses grandes ailes qui, contrairement au pélican du poème, ne l’empêchent pas de marcher, enfin, un peu aidée quand même, car ce sont les services municipaux qui l’acheminent vers la nouvelle commune accueillante. Et chaque fois, comme il sied à un être mythique et objet de fantasmes, elle est reçue, rituellement, avec pompes et honneurs par le maire du village en grand apparat, ceint de son écharpe républicaine.

Art rythme éthique
Art rythme éthique
Art rythme éthique

Or donc, en 2009, la Chimère vint se poser à St Paul en Born, accompagnée des beaux délires des artistes et de leurs hôtes. En 2011, continuant son périple aventureux et rêveur jusque sur les terres de Pontenx Les Forges, elle ne manqua pas d’inspirer la troisième «Explo» du souffle songeant de ceux qui l’aimaient. Puis, au cours du transport de St Paul à Pontenx, Julien et François s’aperçurent que la sculpture originale s’était agrémentée d’une pièce, un tube bien fermé, à l’intérieur duquel se trouvaient une pierre, un petit crayon et quelques messages accompagnés d’une liste de noms et de dates. Après enquête et furetage, ils découvrirent que ce tube faisait partie d’un jeu de piste
international, le «geocatching».
À ce point de mon récit, je suis navrée de m’interrompre mais Mme Castandet, ma voisine, toujours penchée au dessus de mon épaule lorsque j’écris, me lance tout enthousiaste: «Ça me rappelle mon pauvre mari, il adorait le catch, ça le faisait hurler de rire devant la télé! Moi, ça m’intéressait pas mais, de temps en temps, je quittais mon repassage pour venir lui faire un bisou et je jetais un œil et c’est vrai qu’il y avait des grands gaillards!»
«Ah, Gertrude lui dis-je, tu as en effet l’étymologie bien assurée, les Géants étaient bien les fils de Gé mais c’est pas de catch qu’il s’agit! Bon, je t’explique, c’est un jeu, d’ailleurs, si ça peut te rassurer, il a aussi un nom français, « Géocache ». Tu vois, les adeptes de ce jeu sont des randonneurs, amoureux de la nature, qui prennent un objet ou/et un message en échange d’un autre
et ces géocaches servent de bornes. C’est ce qui s’est passé pour la «Machine» que les «géocacheurs» n’ont mis qu’une semaine pour retrouver de St Paul à Pontenx. CQFD!». «Ah bon alors!». Sur ce, la Castandet me quitte pour aller faire ses courses.
La «Machine» continue donc à nourrir des rêves et sert toujours de repère pour les géocacheurs ….à Bias, rebaptisée lors de l’«Explosition» 2013, «Bias Vegas», où elle est restée depuis. Et pour cause…. La mairie de Mézos à laquelle il avait été demandé d’accueillir l’«Explosition» 2015, et donc la sculpture, n’en a pas voulu… Pourtant, ce village est celui-même où réside l’association «Art Rythme Éthique» qui est l’âme de cette manifestation, unique en son genre.
Cependant, une Machine, fut-elle « à rêver», se délite et s’abime, ce pourquoi elle a été transportée, avec le maire de Bias, en juin, mois anniversaire de la dernière «Explo», chez François Papot qui lui rafistolera les ailes!
Et puisque «…au pays du rêve, nul n’est interdit de séjour.»**, souhaitons que, très vite, un autre édile de ce pays des Landes aimé ouvre son village à la prochaine «Explosition» et que s’accomplisse à nouveau ce rêve non encore réalisé mais toujours possible qui porte le beau nom d’Utopie. Missmart.
* Paulo Coelho «Le Pèlerin de Compostelle»
** Julos Beaucarne